AGENDA 2018/2019 AGENDA 2018/2019
FREDERIC AGENDA 2018/2019 STAGES ET SOINS SEJOURS SPIRITUELS OUTILS ENERGETIQUES CONTACT & TARIFS

 N° Siret 48341801800022 / Copyrights © frederic florens-haugerud 2016 / Images © freeimages.com


La responsablilité


Rappelez-vous ce qu'est la responsabilité. Fondamentalement, au-delà des différentes formes de responsabilités (directe, indirecte, légale, collective...), elle suppose le fait de répondre de ses actes, d'en assumer les conséquences. Anticiper les conséquences d'un acte n'est pas toujours facile, mais nous sommes justement sur Terre pour prendre conscience à travers les expériences de ces lois qui... gouvernent l'univers, lois physiques et lois spirituelles. Les lois étatiques ne sont seulement que des tentatives historiques, des erzats, de ces lois universelles.

 

En spiritualité, il y a un moment où la sensibilité augmentant, elle interdit la transgression du souffle cosmique. Jésus n'était pas libre, il avait choisi de suivre la loi du cœur (Quelle est cette loi ? C'est un autre sujet). Aussi, il y a une loi, autant psychologique que spirituelle qui est que quand on n'est pas prêt à demander de l'aide, c'est qu'on n'est pas prêt à recevoir. Ici, je laisse la psychologie de côté pour souligner ce que cela signifie en spiritualité : quand on n'est pas prêt à demander une guidance, c'est qu'on n'est pas prêt à la recevoir. C'est une loi très importante qu'il faut bien comprendre. Une guidance, c'est quoi ? Un gourou, un maître, un thérapeute, un voyant, un livre, un ami ? Non, eux, ce sont des outils très fragiles.

 

La guidance vient d'un lieu sans temps ni espace, elle vient de l'Universel, et cet universel se trouve autant au fond de vous-même qu'au fond du mutisme amoureux de l'Univers. C'est cette guidance que Jésus demandait quand il dit, cloué sur la croix : "Mon dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?". Cette guidance va se chercher loin en soi, ou loin au-delà de soi, dans l'invisible, dans le vertige des dimensions de la vie. Demander la guidance, c'est peut-être prier, c'est peut-être méditer, c'est peut-être écouter vraiment le silence, c'est peut-être écouter vraiment son âme, c'est peut-être crier de désespoir pour l'extraire de soi ; c'est en tout cas être prêt à recevoir un moment d'universel. Elle ne vient pas si on ne la demande pas, par ailleurs, intensément, purement, à chaque instant. C'est cela que l'on appelle la responsabilité en spiritualité. Bonne journée


- Frédéric Florens-Haugerud

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks Partager sur LinkedIn