AGENDA 2018/2019 AGENDA 2018/2019
FREDERIC AGENDA 2018/2019 STAGES ET SOINS SEJOURS SPIRITUELS OUTILS ENERGETIQUES CONTACT & TARIFS

 N° Siret 48341801800022 / Copyrights © frederic florens-haugerud 2016 / Images © freeimages.com


Aller aux poubelles avec Byron Katie


Mercredi soir j’ai rencontré Byron Katie à Oslo. Un être d'une joie constante, un grand maître inoubliable. Ouaw... quelle chance !

Le monde est rempli de grandes âmes d'une sagesse si pure qu'elles voient la beauté en tout, parce qu'elles parviennent à la voir d'abord en elles. Cela ne veut pas dire que le monde est beau, car pour certains le monde est un véritable enfer. Voir la beauté en tout ne dit rien sur la beauté du monde, tout comme voir l'enfer partout ne dit absolument rien sur l'enfer du monde. Cela dit simplement tout sur la connaissance que nous avons de nous-même.

Notre manière de percevoir le monde reflète ce que nous connaissons de nous-même. Et plus nous apprenons à nous connaître, plus nous nous rapprochons de l'amour inconditionnel. La vie est un chemin vers l'amour inconditionnel. Elle nous élague de nos conditions et de nos conditionnements : "Je serai heureux quand... lorsque... si..." ... C'est pour cela que chez tous les mystiques nous pouvons lire qu'il n'y a rien à faire pour être heureux, sinon de désapprendre ce que l'on croit savoir.

Il faudrait même tout jeter de nos préconceptions sur la vie pour pouvoir la voir telle qu'elle est. Il est parfois douloureux de jeter ce à quoi on est attaché, mais ça l'est plus encore d'être forcé à le faire. Tôt ou tard il faut jeter nos idées fausses sur la vie, sur le autres, sur soi. Comment vous sentez-vous lorsque vous ne vous aimez pas ? Mal ? Vous souffrez ? Vous faîtes souffrir vos proches ? Qui est responsable de cette souffrance et des conséquences qu'elles ont à l'extérieur ? Vous ou le monde ? Lorsque je suis en colère ou triste, je suis certain que c'est à cause du monde.

Et pourtant, cela ne prend que quelques minutes de silence intérieur, pendant lesquels mes yeux se ferment du monde pour s'ouvrir sur mon monde intérieur, de me centrer, pour retrouver la vraie réponse qui surgit du fond de mon âme - et guérir. Non... ce n'est pas le monde. Il me faut jeter cette idée à la poubelle, idée qui me protégeait de moi-même et de prendre ma responsabilité. Notre seule liberté est celle de jeter avec joie ou avec peine les fausses croyances que nous nourrissons. Il est parfois pénible de jeter des affaires auxquelles nous sommes attachées, mais il est encore plus difficile de le faire en étant forcé de le faire.

Que nous le voulions ou non, la vie est une machine à laver, et elle nous lavera de force si nous ne le faisons pas nous même. Machine à laver, ou mère qui prend soin de nous et veut notre bonheur. Notre seule liberté c'est de l'accepter ou de le refuser. Mon expérience m'a montré petit à petit que c'était un plaisir de se laver, et que je me sentais toujours plus léger ensuite. Je me souviens des premières douches que ma mère me forçait à prendre : c'était un drame dans toute la maison. La vie devenait un enfer, j'hurlais pour ne pas aller sous la douche, et puis j'y restais des heures ensuite... Cela vous rappelle quelque chose aussi ?!

Dans notre société occidentale, personne ne nous dit que la vie est une mère aimante.

On nous dit plutôt que la vie est la résultat d'un pur hasard cosmique sans finalité qui nous broie et se recycle mécaniquement sans considérer nos états d'âme. On nous dit que nous sommes insignifiants. On nous dit qu'il faut se battre pour s'en sortir. On nous dit que l'état de nature des hommes est celui de la guerre et de la loi du plus fort. On nous dit qu'être heureux c'est prendre les commandes de LA vie. On nous dit même qu'on peut demander à la vie de changer ses règles pour notre bonheur. Bref, la vie est un ennemi qu'on doit mettre à terre.

Mais imaginez un monde dans lequel on nous explique que la vie est intelligente, que si elle nous a créée avec des émotions, lorsque l'on souffre elle souffre aussi, que pour s'en sortir il ne faut pas se battre mais partager, que l'état de nature des hommes est la confiance, que c'est lorsque de grandes difficultés surviennent que les hommes s'unissent et ne se font pas la guerre, qu'être heureux ce n'est pas contrôler la vie mais contrôler sa vie, qu'elle est abondance et qu'il y a assez pour tous si l'on partage, que nous ne sommes pas insignifiants, que la mort n'est pas une fin mais un passage mainte fois expérimenté vers une autre forme de vie merveilleuse, que les liens d'amour son indestructibles, que nous sommes connectés les uns aux autres comme les membres d'un corps, que l'injustice vient de notre attachement aux choses et non de la vie elle-même, si l'on nous disait qu'en nous il existe cette puissance merveilleuse qui nous rend libre de réaliser nos rêves les plus beaux, si l'on nous disait que la confiance en soi est la clé du chemin du bonheur, et que le bonheur ajoute au bonheur dans l'entraide et le soutien, si l'on nous disait qu'être adulte c'est être un étudiant de la vie, si l'on nous disait qu'il valait mieux être heureux que vouloir avoir raison... Peut-être irions-nous aux poubelles avec entrain, pour nous libérer, pour rire de nos attachements, pour expérimenter le pardon au lieu de la rencoeur, et peut-être que la vie cesserait d'être vue comme si injuste.

Qui est injuste en croyant que la vie est injuste ?

Mais le monde est rempli d'âmes sages. Le monde est rempli de ces grandes âmes qui contribuent à la paix intérieure, et donc à la paix extérieure. Je n'ai jamais rencontré un sage qui ne soit pas émerveillé par la beauté du monde. Ils ne polémiquent pas sur la question de savoir si le monde est parfait ou imparfait. Pour eux il est parfait, car il est tel qu'il est. Et ils voient la beauté partout, ils vont chercher le soleil dans le reflet de lumière d'une goutte de rosée, ils vont chercher les étoiles dans la pupille d'une mouche, ils vont chercher l'enseignement dans le moindre événément de la vie, ils vont chercher à aimer parce qu'ils savent que ce qui compte c'est d'aimer, ils savent que personne ne peut aimer à leur place, et leur délice c'est de gouter le délice inconditionnel, celui de générer l'amour inconditionnel en eux. Ainsi ils sont invincibles, à la fois infiniment forts et infiniment humbles. Ils sont partout ces sages.

Je vous souhaite d'aller à leur rencontre et de vous laisser inspirer par eux.

Je vous souhaite d'ouvrir en vous cet espace de sagesse que vous sentez au fond de vous, votre coeur. Je vous souhaite de vous ouvrir et de chercher à apprendre sur vous grâce aux autres, grâce à la vie, grâce à vous, et de redevenir étudiants de la vie sans JAMAIS chercher à en devenir le maître... Je souhaite du fond du coeur vous rappeler que le monde n'est pas fait que d'un tas d'abrutis et de violence. Partout où l'on marche, il y a toujours une graine qui fleurira un jour.


- Frédéric Florens-Haugerud




Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks Partager sur LinkedIn