AGENDA 2018/2019 AGENDA 2018/2019
FREDERIC AGENDA 2018/2019 STAGES ET SOINS SEJOURS SPIRITUELS OUTILS ENERGETIQUES CONTACT & TARIFS

 N° Siret 48341801800022 / Copyrights © frederic florens-haugerud 2016 / Images © freeimages.com


La nature épure et le soleil éveille


Hier, je suis allé dans la forêt pour me recharger en énergie. Lorsque je suis arrivé, le soleil brillait à travers les feuilles, les feuilles bruissaient sous la caresse du vent, et l’odeur de noisette fraîche, caractéristique de la vie bactérienne des sous-bois humides, circulait dans mon corps tout entier. J’ai posé mon vélo. Puis j’ai marché jusqu’à trouver la place où me poser. Plus je marchais, plus le silence s’installait en moi et tout autour de moi, et plus je voyais les énergies des plantes, des buissons, des arbres, entrer en contact avec mon aura. Les lumières légères et colorées de la végétation venaient accueillir les miennes, comme un ami embrasse un ami, elles échangeaient des informations qui pourtant m’échappaient. Tout semblait être sereinement orchestré par une intelligence secrète, subtile, bienveillante et précise. Je m’abandonnais alors complètement à ces échanges, à ces retrouvailles. Je laissais faire, observant de tous mes sens physiques et subtils la danse qui s’opérait. C’est alors que je ne senti plus mon corps physique. Je ne sentais plus que les afflux d’énergie et de contacts subtils. Tout en marchant, je comprenais que le spectre des énergies de la forêt venait coiffer mon âme. La forêt venait dégager un trop-plein d’énergie présente dans mon aura et dont je n’avais pas pleinement conscience. Elle venait écumer mon âme, et y mettre de l’ordre à son image. La loi de l’attraction et de la non résistance faisait là son travail. Les flux de lumières passaient dans mon champ énergétique comme des bras et des mains expertes.

 

La forêt a ses lois, son harmonie, sa sagesse : y pénétrer demande à la laisser nous examiner et nous changer. Ainsi nous la rencontrons. J’étais venu pour me rechargé en énergie, elle n’en a rien fait : elle m’a déchargée de ce qui ne lui convenait pas. J’ai eu ce sentiment d’être revenu à un état subtil de nature, là où la vie est d’une simplicité infinie et parfaitement confiante. Les odeurs sont alors devenues à leur tour des jets légers de lumières se dissipant dans le souffle subtil de l’air. Des merveilles de pastels à l’intensité des vitraux baignés de soleil. Cette vision m’a profondément rappelé ma première expérience hors du corps où la musique était lumière, la lumière musique. Quelle harmonie ! Je me suis assis au pied d’un arbre, dans la lumière du soleil et le voyage continuait.

 

Plus tard, au moment où me suis décidé à repartir, j’ai senti une belle énergie rayonner intensément derrière moi. En me retournant, je vis deux hommes, debout, détendus et immobiles dans la lumière du soleil. Les yeux fermés ils avaient les bras le long du corps et les mains discrètement ouvertes vers l’extérieur. Leur discrétion ne changeait rien à la force qui émanait d’eux. Je me suis assis en contemplant le flot d’énergie qu’ils respiraient des rayons du soleil. C’était évident. Ils se nourrissaient de l’énergie solaire, et le soleil condensait son énergie sur la paume de leurs mains et sur leurs chakras, comme un laser savamment orienté. Savaient-ils ce qu’ils recevaient ? Puis ils fermèrent les mains et continuèrent leur marche. Une voix intérieure me poussa à aller leur parler. Je les rattrapais et leur demandais ce qu’ils venaient de faire. Connaissant intimement leur réponse, j’appréciais simplement leur rencontre et leur mot. « Nous venons du Mexique, me raconta l’un d’eux, et nous avons un rituel qui est de méditer ainsi au soleil », « C’est pour que le soleil nous recharge, me dit l’autre. Le Soleil est un dieu pour nous. Au Mexique nous restons des heures comme cela. »

 

J'ai vu donc clairement ce rappel : si la nature harmonise, écume, recoiffe notre âme, le soleil lui la recharge, lui donne sa force, sa vie. Tout est précieux pour nous, êtres humains dont le mental souvent nous dévitalise et nous rend tourmenté. C’est que ce mental nous contrôle bien plus souvent que nous le contrôlons. L’être humain est un sage immature. Un des deux termes peut être changé, il est entre nos mains…J’avais envie de vous partager cette expérience comme un rappel personnel à rendre visite à la nature.

 

- Frédéric Florens-Haugerud

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google Bookmarks Partager sur LinkedIn